Carnet Intime

Accueil / Carnet Intime / Faroux Renaud

Faroux Renaud

Faroux Renaud

Renaud Faroux
Journaliste critique d’art
Commissaire de la Rétrospective de Kijno, Palais des Beaux-Arts, Lille 2000

L’œuvre de Kijno, à qui les premières expérimentations sur papiers froissés en 1946 ont apporté une reconnaissance internationale est à mettre en relation avec les remises en cause de la peinture et les crises qui ont bouleversé le monde de l’art depuis un demi-siècle.
Au sortir de la guerre, quand KIJNO entre dans le paysage de l’art en France, un combat fait rage entre différents courants picturaux: l’abstraction, la figuration et le surréalisme qui explore tous les registres intérieurs pour mettre au grand jour les arcanes du moi avec ses valeurs de rêve, d’instinct, de désir et de révolte sur les traverses de l’imaginaire. La figuration conserve son souci d’objectivité même si elle s’interroge, à la suite de SARTRE sur la difficulté qu’elle rencontre après Auschwitz, Hiroshima: «si l’on peint ce que l’on a vu, on trahit le beau, si l’on ne le fait pas, on trahit l’histoire». Du côté de l’abstraction, plusieurs courants s’entrecroisent: celui des continuateurs de «l’art concret» mis en forme depuis les compositions quadrangulaires et pures de MONDRIAN, et du CONSTRUCTIVISME – «l’abstraction froide» –; et celui des descendants de la gestualité colorée et expressionniste de Kandinsky – «l’abstraction lyrique».

Le flux des émotions, la violence des pulsions, l’indicible, que seules jusqu’alors la musique et la poésie exprimaient analogiquement, vont se trouver explorés par les élans du non-figural. Même si les préoccupations du moment étaient vouées à une mise en page de l’abstraction, Kijno se refuse à se cantonner dans une école. En véritable artiste, il se projette tout entier et la seule chose qu’il représente n’est qu’un prétexte.


Source: catalogue de la rétrospective Kijno au Musée Russe d’Etat Russe de Saint-Pétersbourg, 2006, Palace Editions

Contact

administration@kijno.com

Photos des bandeaux par Alkis Voliotis, voir les photos entières