Carnet Intime

Accueil / Carnet Intime / Casadesus Jean-Claude

Casadesus Jean-Claude

Casadesus Jean-Claude

Jean-Claude Casadesus
Chef d’orchestre

Mon ami le peintre Ladislas Kijno nous a quitté. À l’occasion de cette clôture de saison autour du Sacre, dont nous fêtons les 100 ans, j’ai une pensée particulière pour lui. Un souvenir inoubliable ressurgit. Assis dans la salle pendant que je dirige ce chef-d’œuvre de Stravinsky avec mon orchestre en 1984, il se lance dans une série de croquis et peint «son» Sacre du Printemps qu’il me dédie. Un pinceau à la main, il lui fait aussi jaillir sa musique …

Né en 1921 à Varsovie, Ladislas Kijno débarque en gare de Lille en 1925 avant de rejoindre Nœux-les-Mines, le violon de son père sous le bras. Amis des plus illustres artistes et reconnu comme un peintre majeur dès les années 40, il aimera toute sa vie, et bien après son départ pour la région parisienne, cette «terre du Nord» à laquelle je suis également tant attaché. Et si aujourd’hui ses œuvres sont présentes dans les collections des plus grands musées, son empreinte artistique illumine tout autant Lille et sa cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille grâce à la superbe rosace dont il est l’auteur. Ladislas Kijno m’appelait tous les dimanches. Lyrique et passionné, il me parlait musique, philosophie, peinture, culture. Quelques mots de lui me reviennent en mémoire, symboles de cet engagement qui nous liait si profondément: «Les artistes sont là pour permettre à l’humanité de na pas partir à la dérive».

Tu me manques mon cher Lad.

À toi de tout cœur et à celle qui t’a merveilleusement secondé, ta chère Malou.»

Contact

administration@kijno.com

Photos des bandeaux par Alkis Voliotis, voir les photos entières